Cadeia de Informações Nacionais Brasileiras [CINB]

Aller en bas

Cadeia de Informações Nacionais Brasileiras [CINB]

Message  Dwight E. Stillman le Ven 16 Avr - 11:18

La CINB est la seule chaine d'information Brésilienne en continue. Au main de l'État à 75%, elle est aujourd'hui le principal vecteur de diffusion du gouvernement de Joao Hernandez. C'est en outre le seul média autorisé à parlé de politique.


Dernière édition par Brésil le Sam 17 Avr - 14:17, édité 1 fois
avatar
Dwight E. Stillman
Attaché de Diplomatie

Messages : 150
Date d'inscription : 24/07/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cadeia de Informações Nacionais Brasileiras [CINB]

Message  Dwight E. Stillman le Sam 17 Avr - 14:15

La Liberté recouvrée !


Ce mardi 25 Avril, la Junte Militaire en place a enfin été renversé par le peuple exploité du Brésil. Une Libération Nationale Méritée, et attendue. L'occasion de revenir sur six ans d'une Dictature fondée sur la peur.

Le Soulèvement Hernandiste met la Junte face à ses responsabilités !

Ce 25 Avril, après huit jours d'interminables émeutes urbaines, le Général Pérez, face à la Pression Populaire, a enfin déposé les armes et rendu au peuple sa pleine et entière souveraineté. Sous la direction de Joao Hernandez, les Civils ont repris le pouvoir à Brasilia, traduisant du même coup l'ensemble de la Junte Militaire des Pérezistes devant une justice Brésilienne enfin libre et indépendante de toute pression. A ce sujet, Hernandez à déclaré : "Nous ne pouvons nous permettre de passer trente nouvelles années en laissant vivre Bourreaux et Victimes côtes à côtes. Il faut que le Brésil face le deuil des deux dictatures qu'il a connu, et pour cela, la vérité doit être révélé. Laissons donc à la justice Brésilienne le soin de faire son travail."

La Fin de six années de Dictature :

Ainsi à débuter le procès des acteurs de six ans de Dictatures qui n'ont jamais entièrement contrôlé le pays. Nées dans le Sang au lendemain de l'Attentat de San Francisco, les mouvements Pérezistes soutenus par les Églises Évangéliques Protestantes et les entrepreneurs, sont arrivés au pouvoir il y a huit ans. D'abord démocratique, leur régime s'est durci progressivement pour augmenter les mesures sécuritaires visant à arrêter les Haschichins.
_

La police tente vainement de contenir les soulèvements à Rio de Janeiro.

Bien qu'il n'est jamais été avéré qu'une cellule terroriste se soit trouvée sur le territoire Brésilien, le gouvernement du Général Pérez à utiliser la phobie populaire pour durcir toujours plus son régime. Le cortège d'arrestation, d'enfermement et de contrôle des libertés, de la presse et des intellectuels à alors commencé.

Le 14 Novembre 2014, un petit putsch militaire dissous l'assemblée nationale après un assassinat maquillé de l'un des représentant du régime de Pérez (dont on sait qu'il s'agissait en réalité d'un officier aux ambitions personnelles un peu trop exacerbées). Le Gouvernement exécutif de Pérez accroit aussitôt les mesures de rétorsion et de contrôle de la population. L'Armée est de plus en plus régulièrement employée pour régler les problèmes tandis que dans le Nord du Pays, autour des villes de Manaus et Belém, se met en place des mouvements de guerilla et d'opposition, principalement politique, au régime de Pérez. C'est monsieur Joao Hernandez, aujourd'hui président du Brésil après les élections du 5 mai, qui les organise et les fédère. Hernandez et ses militants s'appuieront largement sur les Indiens des forêts Amazoniennes pour leur servir de base arrière. La première des déclarations du Président aura d'ailleurs été, au retour de la Démocratie au Brésil : "Je souhaite rappeler le rôle de nos amis, les Amérindiens, dans la libération démocratique et pacifique de notre peuple. A ce titre, nous avons décidé de leur rendre la pleine et entière possession de leurs droits civiques." Une déclaration qui souleva bon nombre de protestations discrète de la part des Lobbys réactionnaires. Ces derniers ne voulant probablement pas risquer la colère du peuple Brésilien.
_ Le Brésil Libéré ! Enfin !

Ce 17 Avril cependant, l'arrestation de Monsieur Hernandez, à São Paulo, alors qu'il tentait, avec plusieurs militant d'implanter une cellule d'action politique à brutalement déchainé les foules. Lasses de politiques néolibérales qui renforcent toujours plus les inégalités au Brésil, haineuses et fatiguées de la théorie du complot savamment orchestré par les autocrates Pérezistes, les masses populaires ont brutalement répondu présent à l'appel lancé par monsieur Hernandez alors que les Forces de Police tentaient de le faire rentrer dans une voiture banalisée. Une petite émeute à brutalement enflammé le quartier populaire ou il se trouvait et les Forces de Police n'ont put la contrôler. A la nuit tombé, l'ensemble de la Banlieue de São Paulo criait sa rage et se lançait à l'assaut du Centre Ville, menaçant de le mettre à sac. Monsieur Hernandez à aussitôt put profiter de la situation pour mettre en branle la machine de ses relations et pour attaquer au coeur le régime de Pérez en provoquant des soulèvements populaires dans tout le pays. La Pression internationale, et notamment celle des autres pays d'Amérique Latine a empêcher à Pérez de faire donner l'armée, dont une partie, noyautée par les hommes d'Hernandez, s'est d'ailleurs joint à la révolte pour constituer des services d'ordre et éviter les débordement. Cela n'a naturellement pas empêcher de véritables combats de rue au cœur de Rio de Janeiro et près d'un millier de morts et six mille blessés dans les évènements de la semaine noire. Mais au terme de huit jours de bataille urbaine, Pérez a finalement dut déposer sa démission alors que le palais Présidentiel lui-même était entouré de huitième régiment de la Garde Nationale, portant le brassard rouge des Hernandistes, et d'une foule en colère décidée à en découdre.
avatar
Dwight E. Stillman
Attaché de Diplomatie

Messages : 150
Date d'inscription : 24/07/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum